12 juillet 2013

La fête de la lumière !

Méditation sur l’Eucharistie. 

« Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi Celui qui me mange vivra par Moi » (Jn 6, 57). 

Pour vivre de la lumineuse vie divine, Jésus nous invite à le manger, Lui, le pain vivant venu d’en haut. Cette vie du Fils de Dieu dépasse tout ce que nous pouvons imaginer. C’est la Vie avec un grand V, éternelle, pleine, joyeuse, amoureuse, lumineuse. C’est dans cette vie que le baptême nous a plongés ; c’est de cette vie divine que nous sommes nourris dans ce saint mystère de lumière et d’amour. 

Ce mystère lumineux rayonne de façon intense, mais aussi voilée par des apparences simples et humbles. C’est une lumière qui se diffuse doucement avec une grande paix et simplicité dans le secret des cœurs embrasés et saisis par le Christ. C’est un rayonnement puissant, mais qui n’est vu que par des yeux éclairés par la lumière de la foi. 

Pour entrer dans ce mystère du soir sacré du jeudi saint où la lumière se trouvait encerclée de ténèbres envahissantes, c’est le cœur de Jésus qu’il nous faut approcher comme un ami. C’est un mystère si lumineux que ceux qui s’en approchent prennent en feu. 

Jésus nous l’a dit : « demeurez en mon amour ». Ceux qui s’aiment sont l’un dans l’autre. Manger l’autre, c’est s’unir à lui de la façon la plus intime, la plus totale. Ceux qui s’aiment intensément ne font plus qu’un : même cœur, mêmes sentiments, même volonté, même bonheur ! Communion. Le Christ est l’amoureux par excellence qui veut nous prendre dans son cœur plein de joie. Le cœur de Jésus est un buisson ardent brûlant et l’eucharistie nous embrase de ce feu lumineux. 

La table est mise dans la maison du Seigneur, prenez et mangez dans la joie. Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur qui a fait pour nous des merveilles d’amour. Recevez les dons de son Esprit, la joyeuse lumière, la paix que le monde ne peut pas donner et la grâce qui embellit l’âme! 

Heureux les invités à la fête de la sainte lumière qui chasse toute obscurité ! 

- Fr. Jonathan Landry, O.P. -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire