10 mars 2013

Qui donc est Dieu ?

Méditation sur la parabole
du fils prodigue.

« Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »

La réaction des pharisiens et des scribes montre qu’ils ne connaissent pas Dieu. Ils sont les experts de la Loi, les chefs religieux de l’époque, mais ils ne connaissent pas Dieu. 




Qui est Dieu ? 
Voilà une question vraiment importante. 
Une question fondamentale qui traverse toute l’histoire de l’humanité. 
Devant la Création, devant les splendeurs de la nature, l’homme se demande :
qui a fait tout cela ? 
Comment le connaître ? 
Que dois-je faire pour lui ? 
Mais, surtout : ce grand bonhomme, se soucie-t-il de moi ? 
M’écoute-t-il ? 
Est-il indifférent à mon sort ou veut-il mon bonheur ? 

Dieu ne nous a pas laissé dans l’ignorance. 
Il a décidé de se révéler à nous. 
Il nous a parlé pour nous dire qui il est. 
Le sommet de la révélation, c’est Jésus. 
Jésus, c’est Dieu fait homme. 
Jésus n’est pas qu’un homme de Dieu. 
Jésus est Dieu. 
Nous pensions devoir chercher Dieu au-delà du ciel,
mais il est venu à nous, pour que nous le connaissions. 
Il a marché sur la Terre. 
Quand nous regardons Jésus, c’est Dieu que nous regardons. 
Jésus nous a révélé le visage de Dieu par ses actions et ses paroles. 
Désormais, grâce à Jésus, nous connaissons qui est Dieu. 

Aujourd’hui, Jésus nous parle de Dieu par une parabole. 
Devant l’ignorance des pharisiens et des scribes, il raconte une parabole. 
Il veut leur faire comprendre que Dieu a un cœur. 
Que ce cœur, il est rempli d’un amour immense pour chaque homme,
qu’il soit un juste ou un pécheur. 
Écoutons. 
Écoutons de nouveau comment le père accueil son fils repentant : 
« Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de pitié ; 
 il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers » 
Que c’est beau ! 
Mes frères, voilà l’accueil que Dieu nous réserve quand nous revenons à lui d’un cœur sincère. 
Le saint Curé d’Ars disait aussi : 
« Le bon Dieu a plus tôt pardonné à un pécheur repentant,
qu’une mère n’a enlevé son enfant du feu. » 
De lui-même, l’homme peut connaître que Dieu est bon. 
Mais, nous ne pouvions connaître, sans Jésus, à quel point Dieu est épris de nous. 
Oui, Dieu est épris de nous. 
Il est amoureux. 
Voilà la Bonne Nouvelle. 

Et nous, maintenant ? 
Connaissons-nous Dieu ? 
Bien sûr ! 
Nous connaissons le Christ, n’est-ce pas ? 
Pourtant, de biens des manières, nous montrons que nous ne connaissons pas Dieu. 
Pourquoi sommes-nous si attristés pour des niaiseries ? 
Pourquoi sommes-nous si préoccupés par l’avenir ? 
Pourquoi gardons-nous cacher nos richesses et nos talents,
au lieu de les mettre à profit pour le bonheur de nos frères ? 
Pourquoi parlons-nous encore contre notre prochain ? 
Oui, de biens des manières, nous montrons que nous ne connaissons pas Dieu. 
Comme les pharisiens et les scribes. 

Nous voici rendu au quatrième dimanche du Carême. 
Pâque arrive bientôt. 
Je vous invite, mes frères, à vous approcher du Seigneur avant cette grande fête. 
Cherchez à le connaître. 
Il se laisse trouver par ceux qui le cherchent, dit le Psalmiste. 
Cherchez-le dans les Écritures. 
On y découvrir le cœur de Dieu. 
Cherchez-le dans la prière. 
Qu’y a-t-il de plus doux que de frayer avec Dieu en ami ? 
Cherchez-le dans le sacrement de la confession. 
Laissez-vous purifier et couvrir de ses baisers. 
Cherchez-le chez les petits et les pauvres. 
C’est là qu’il se cache. 
Cherchez-le dans la Sainte Eucharistie. 
Il y est réellement présent pour nous. 

Enfin, je vous pose la question : 
Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ? 
« Montre-nous ton visage, Seigneur, et nous serrons sauvés. » 

- Fr. Daniel Beauchemin, O.P. -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire