17 janvier 2013

L'homme des huit béatitudes V/XIII


Vie du bienheureux Pier Giorgio Frassati.
(Lire la première partie : L'homme des huit béatitudes I/XIII)


Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés !

Faim et soif de la justice… oui et même au sens littéral !
Un jour qu'un ami se plaint à lui :
J'ai une soif terrible.
Frassati lui répond :
Donnons à un pauvre le prix du rafraîchissement, et la soif passera.

Comme laïque, il prenait au sérieux son devoir d'état de sanctification des œuvres temporelles.
Avec l'amour des pauvres,
il considérait l'engagement politique comme un devoir du chrétien.

À 17 ans, il entre à l'École polytechnique de Turin afin de devenir ingénieur des Mines.
Il choisit d'intégrer l'école afin de pouvoir côtoyer les mineurs.
Il n'aime ni les études, ni l'ingénierie, ni les mines… mais il aime les mineurs,
car ils sont les plus pauvres travailleurs de son temps,
ceux qui souffrent des conditions de travail les plus pénibles.

Pier Giorgio s'engage aussi au sein de la
Fédération des Universitaires Catholiques Italiens (FUCI).
Au sein de la FUCI, il prend connaissance de la doctrine sociale de l'Église.
Il lit et fait connaître l'Encyclique du pape Léon XIII Rerum Novarum.
Auprès des étudiants, sur tous les terrains de son activité, en route avec ses compagnons…
il ne manquait jamais de paroles d'édification,
il abondait en récits exemplaires capables de porter l'âme des auditeurs
à l'amour du Christ et au mépris du siècle.

L'arrivée du parti de Benito Mussolini au pouvoir le 28 octobre 1922
est pour Pier Giorgio source d'une grande tristesse,
mais aussi d'un sentiment de révolte.

Alors à Berlin, Pier Giorgio écrit à ses amis :
J'ai donné un coup d'œil au discours de Mussolini et tout mon sang bouillait dans mes veines.
Je suis vraiment déçu par l'attitude des Populaires !
Où est la foi de nos hommes ?[…]
Il fait bon vivre ici [à Berlin] où l'on est tranquille,
loin du pays tombé entre les mains d'une bande de fripouilles.

(Lire la suite : L'homme des huit béatitudes VI/XIII)

- Fr. Simon Lessard, O.P. -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire