19 décembre 2012

Le mal prouve le bien et le bien prouve Dieu.

« Que voulez-vous ajouter? Le plus inexplicable, si Dieu existe, c'est que personne ne l'ait accusé de «non-assistance à personne en danger». Ou mieux, de crime contre l'humanité. »
(Jean-Simon Gagné, Si Dieu existe, Le Soleil, samedi le 15 décembre 2012.)

Que veut vraiment dire Jean-Simon Gagné dans cette chronique intitulée Si Dieu existe… ? Voici ce que j’ai compris de ce qu’il dit et ce que j’en pense.

Tout le monde cherche des explications mais il n’y a pas vraiment d’explication satisfaisante. “Shit happens”. La nature est comme ça. On n’y peut pas grand chose. Que voulez-vous que l’on attende d’un monde mal fichu qui n’a pas Dieu pour auteur ? “Il y a 4700 astéroïdes qui se dirigent vers la Terre…” On ne peut vaincre le mal parce qu’on ne peut créer un monde meilleur. Si Dieu existait, on pourrait au moins le rendre responsable, lui montrer le poing, l’accuser de crime contre l’humanité. “Chacun voit d’abord dans la tragédie la confirmation de ses préjugés”, nous dit Jean-Simon Gagné. On devine son préjugé. “Notre situation est désespérée, Dieu n’existe pas; et s’il existe c’est un méchant malade. Dans les deux cas, on n’y peut pas grand chose. Et le blabla ne résout rien. Donc, “On ferme sa yeule, on serre les dents, pis on passe à autre chose.” Très profond. Très utile.

Mais il n’y a pas que du mal dans le monde. Il y a du bien. Bien plus, s’il y a du mal c’est parce qu’il y a du bien. La cécité suppose la vue comme la maladie la santé. S’il n’y avait pas de vue, il n’y aurait pas de cécité. S’il n’y avait pas de santé, il n’y aurait pas non plus de maladie. Simone Weil disait : Si le monde était tout à fait mauvais de quel bien serait-il la privation ? Le bien demande une explication. Le bien est difficile et le mal facile, disait Aristote. Tout le monde conviendra qu’il est plus facile d’écraser un œil que d’en construire un. C’est pourquoi S. Thomas d’Aquin disait que le mal ne prouve pas du tout que Dieu n’existe pas, ni qu’il est un méchant malade. Le mal prouve le bien et le bien prouve Dieu.

Cela dit, il est vrai que notre monde déchu n’est pas absolument bon. Il est vrai aussi qu’on ne peut le guérir. S’il était si bon, il n’aurait pas besoin d’être sauvé. Si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes nous n’aurions pas besoin d’un Rédempteur.

Ça tombe bien, il y en a un et on le fêtera bientôt.

- Michel Fontaine -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire